Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 23:40

Le concept de ce nouveau char est défini, par Heinz Guderian lui meme, au début des années 1930- En 1934 ; 1935, Hitler donne l'ordre à Krupp, Mann, et Rheinmetal Borsig de dévelloper un projet de » beigleitwagen »- Le cahier des charge pour ce véhicule est un poids de 18 tonnes, un canon de 75mm en armement principal pour une vitesse de 35kilométres/heure- Chaque firme produit un prototype- Rheinmetal Borsig utilise une transmission dérivée du Neubaufarzug, tandis que Krupp et man préferent utiliser la nouvelle transmission, conçue par MAN- Un projet de train de roulement, est presenté par man, avec des roues de grand diamétre se chevauchant, un peu comme le train de roulement des panthers et tigres qui verront le jour, plus tard pendant la guerre- Celui çi ne sera pas retenu non plus- Aprés une campagne d'essais intensifs, le projet krupp a la préference, parmi tous les projets présentés- Dénommé VK-2001(k), il entre en production en 1935- Ce char bénéficie des meilleures innovations de l'époque- Le train de roulement est constitué d'un barbotin, de huit roues de petit diametre et d'une roue de renvoi à l'arriere, de part et d'autre du chassis, Quatre poulies de renvois, ramenées a trois sur la version finale j du panzer IV compose le train de roulement, destinés a acceuillir les chenilles- Cinq hommes d'équipage sont necèssaire pour servir ce char ; un conducteur, un mitrailleur radio opérateur , ainsi qu'un tireur, un pourvoyeur et un chef de bord en tourelle- un intercom, systeme de communication interne permet a l'équipage de pouvoir communiquer tous ensemble- Le PanzerKampwagen Ausf A entre en production en 1937, et Krupp Gruson produit 35 exemplaires jusqu'à fin mars 1938, et 30 d'entre eux combattront jusqu'à fin 1941- Cette premiere version est motorisée par un moteur à 12 cylindres Maybach HL 108 TR de 300hp, couplé a une transmission ZF SSG75 a 6 rapports 

  En avril 1938, une version améliorée ausf B prend le relais, toujours produit par Krupp Gruson-45 exemplaires, avec une nouvelle tourelle, et un glacis avant d'une seule piece, combattront jusqu'à fin 1943- En constante évolution, des améliorations notables donne naissance a la version Ausf C, d'octobre 1938 à aout 1839-134 exemplaires sont construit et serviront jusqu'à fin 1943- Les derniers Ausf c seront motorisé par un moteur à 12 cylindres Maybach HL 120 TRM de 300hp- Ce nouveau moteur sera le moteur de base pour les futures versions du panzer IV- Les versions Ausf A, B et C servent surtout au devellopement et à l'amélioration de ce nouveau char, meme s'ils seront utilisés au combat- En Octobre 1939, 229 exemplaire de la version Ausf D voient le jour, et seront produit jusqu'à mai 1941- Ils seront en service jusqu'en 1944- A proprement parler, cette version D est la premiere version aboutie de ce projet Panzer IV- Les principaux changement concernent un nouveau mantelet pour le canon, et une caisse entierement redessinée-  Dés septembre 1940, Krupp Gruson, qui fabrique le panzer IV depuis le début, met en service une nouvelle version Ausf E- C'est la premiere version ou un coffre de rangement est installé sur la nuque de tourelle- le conducteur dispose d'un nouveau modèle d'épiscope, et de nouveaux barbotins font leur apparition-Dans un souçi d'harmoniser la production,Krupp et Daimler Benz éssaient de standardiser la fabrication  du Panzer III et du Panzer IV, du moins de la version Ausf C a la version Ausf E-  Un prototype avec des roues de route plus grande et la suspension en service sur le tracteur chenillé FAMO, sur une base de panzer IV Ausf E donne naissance  a un projet nommé Sachtellaufwerk- Dés avril 1941, et jusqu'à mars 1942, apparaît la version ausf F, toujours fabriqué par Krupp Gruson, ainsi que Vomag et Nibelungenwerke- La version F1 est la derniere sur chassis court, et armé du canon de 75mm court KWK 37 L/24- Une nouvelle tourelle caractérise cette version,ainsi que de nouveaux barbotins et roues tendeuses, permettant d'acceuillir des chenilles large de 40 centimétres, contre 36 centimetres auparavant- En mars 1942, 25 panzer IV seront reconvertis au standart Ausf F2, armé d'un canon de 75mm long KWK40L/43, qui prefigure, dés mai 1942, la version Ausf G- Pratiquement la version F2 correspondant a un Panzer IV Ausf G début de production, capable de lutter à armes égales avec le T34 sovietique, ainsi que les chars americains et britanniques- Cette version fut surnommée Mark IV Special par les alliés- L'adaption de ce nouveau canon augmente le poids du blindé, et contribue a reduire

sensiblement sa vitesse-

200 Panzer IV Ausf F2 sont produits par Krupp Gruson, Vomag et Ninelungenwerke, ainsi que 1275 Panzer IV ausf G- Chacune de ces versions est regroupée sous la désignation officielle 161/1-  A partir de mars 1943, 412 Ausf G supplémentaires sortent des chaines de production , equipé d'un nouveau canon  de 75mm de type KWK 40L/,48 équipé d'un nouveau frein de bouche- dénommé  161/2, Ce panzer IV G sont équipés de schurzen  de caisse ; Ce sont des plaques de métal qui sont censé proteger les tains de roulement des effets des armes anti char- La tourelle est simplifiée et un disposit de lance grenades fumigénes est installé- Le Panzer IV Ausf H entre en production en avril 1943- C'est la neuvieme version du panzer IV, designé lui aussi officiellement 161/2- Ce sera aussi la version la plus produite avec 3774 unités jusqu'en juillet 1944-La plus grosse partie est desormais fabriquée par Nibelungenwerke a Saint Valentin- Dés 1942, Le panzer IV H est au stade de l'étude, conséquence de l'accroissement du blindage, en reaction des performances des armes antichar de plus en plus performantes- Le projet est temporairement suspendu en raison du poids supplémentaire , qui atteint maintenant 28 tonnes,et des autres modifications, et un nouveau chassis doit donc etre produit- Globalement, le Panzer IV H est un panzer IV Ausf G avec une transmission Zahnradfabrik a 6 vitesses- tous ces chars sont armé du canon  KWK 40L/48 de 75 mm, avec 87 obus en dotation, ainsi que 2 mitrailleuses de defense rapprochée approvisionnées a 3150 cartouches- Le systeme de visée est du type T Z F 5f- On y trouve deux postes radios de type Fu 2  et Fu5- Toujours servi par un équipage de 5 hommes, le panzer IV devient de plus en plus, au fur et a mesure ou le temps passe, le cheval de bataille de l'armée allemande-La motorisation est assurée par un moteur essence Maybach a 12 cylindres HL 120TRM, refroidi par eau, produisant 265 HP et 2600tours/minute- Le blindage frontal de 50mm est renforçé par un blindage additionnel de 30mm- La masse du Panzer IV Ausf H passe à 23,6 tonnes- La vitesse moyenne est de 25 kilometres/heure, mais au maximum, il est capable d'atteindre 38 kilomeres/heure- Les trappes de vision sur les flancs de caisse sont supprimées dés  juin 1943, et l'application d'un revetement anti mines magnétique type zimmerit est généralisé dés septembre 1943, tout comme des modifications sur les suspensions- un nouveau tourelleau de chef de bord en tourrelle apparaît, ainsi qu'un affut de mitrailleuse pour la défense anti aerienne-  déjà present sur la version ausf G, on retrouve les schurtzen de caisse et de tourelle d'une epaisseur de 50mm- l Panzer IV ausf H équipent en très grande majorité les deuxieme abteilung des Panzer Regiment en 1944, notamment en normandie

En juin 1944 débute la production de la version Ausf J, version défintive du panzer IV, qui sera construit à hauteur de 2970 exemplaires par Nibelungenwerke et accessoirement en faibles quantitées par Vomag, toujours sous l'appellation Sd,Kfz 161/2- Cette version est une simplification de la version précédente, de maniere a rationnaliser et accroitre  une fabrication difficile dans ces derniers mois de la guerre- La commande de rotation de la tourelle devient manuelle,alors qu'elle était auparavant electrique- A la place, un reservoir supplémentaire de 200 litres permet d'accroitre l'autonomie du Panzer Ausf J-  la capacité des reservoirs de carburant est donc de 681 litres  pour une automie théorique de 300 kilometres- Il est a noter que les allemands augment la capacité des reservoirs de leurs chars à une période ou les approvisionnements en carburant sont de plus en plus difficile- Les vapeurs d'essence dans les reservoirs partiellement remplis favorisa souvent l'incendie aprés un coup au but- la lunette de visée en tourelle est simplifiée, des  points attaches pour grue de fortune pilze apparaissent sur la tourelle- A partir de septembre 1944, l'application de zimmerit sur les blindés n'est plus réglementaire, tandis que les schurtzen de caisse en acier, sont remplaçé par du gillae fixé sur un cadre (systeme TOMA)- Le train de roulement est simplifié par l'adoption de 3 galets de retour à la place de 4, et les echappements sont eux aussi simplifiés- au fur a mesure des pertes enregistrées au combat, le Panzer IV ausf J devient de plus en plus prépondérant dans les  régiments blindés-

De mars a septembre 1944, 80 panzer IV ausf h et 17 Panzer IV ausf J sont convertis en chars de commandement- Ils conservent leur canon de 75mm KWK L48, mais emporte un poste radio Fu5 ou Fu7 – Le char est dénommé Sdkfz 267, s'il est équipé d'un poste Fu8, pour communiquer avec les autres unités terrestres- Il est appellé Sdkfz 268- Dans ces deuc cas, le chargeur assure aussi un rôle de radio opérateur- De plus Le panzer IV est conçu pour etre transformé en char de commandement par branchement de plusieurs antennes radio- De juillet 1944 a mars 1945, 90 autres panzer IV ausf J sont convertis en chars d'observation d'artillerie- Un équipement radio specifique et une lunette d'observation télescopique lui permet d'operer avec des batteries d'obusiers de 150mm autoportés Hummel

Le panzer IV traversa donc toute la guerre en étant sans cesse amélioré- Son chassis servit aussis a des variantes, tel que poseurs de pont, de dépannage, antiaerien, piece d'artillerie autoportée etc- Pus de 8600 chars furent produits pendant toute la guerre- Les allemads en fournirent très peu à leurs alliés- 52 a la Hongrie, 100 à la Roumanie,46 à la Bulgarie, 15 à la finlande, 20 à l'Espagne et quelques unités a leurs alliés croates, Quelques panzer IV ausf G furent vendus a la Turquie, et de nombreux exemplaires capturés intacts par les russes furent retournés contre les allemands- Le panzer Iv termina sa carriere sous les couleurs syriennes dans les guerres isralo arabes de 1967 1968-

Repost 0
Published by unionjacktrooper - dans fiche technique
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 00:20

Quelques photos d'un vab valorisé T20; au Liban sous mandat ONU:

311.jpg

 

liban_-21-.jpg

 

liban_-24-.jpg

 

liban_-25-.jpg

 

liban_-40-.JPG

 

liban_-47-.JPG

 

liban_-48-.JPG

 

liban_-127-.jpg

 

liban_-128-.jpg

 

liban_11.jpg

 

liban_12.jpg

 

liban_13.jpg

 

numeri13.jpg

 

numeri14.jpg

 

numeri15.jpg

 

numeri16.jpg

 

numeri17.jpg

 

P1010022.JPG

 

P9270086.JPG

 

P9270087.JPG

 

Photo_liban_067.jpg

 

STA60381.JPG

 

VAB_9.1.jpg

 

VAB_9.1_BIS.jpg

 

VAB_630.jpg

 

VAB3.JPG

 

VAB4.JPG

@+

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by unionjacktrooper - dans fiche technique
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 00:09

Le char léger M3 Stuart est l' aboutissement d' une série de chars légers qui débuta en 1931. Cependant le développement du M3 ne débuta vraiment qu'en 1940 quand l' Armored Force fut créée au mois de juin. Profitant des enseignements de la campagne de France, les designers US modifièrent le char léger M2A4 en augmentant son blindage frontal jusqu' à 51 mm et en installant une mitrailleuse antiaérienne sur la tourelle. La caisse fut prolongée pour recouvrir les échappements, et la suspension à ressorts hélicoïdaux fut retenue. Le nouveau modèle fut baptisé M3 Light Tank. Il possédait un équipage de 4 hommes: le commandant, le tireur, le pilote et son assistant. Comme le M2A4 le M3 était armé du canon type M5 de 37 mm avec gyro-stabilisateurs. La caisse était assemblée par boulonnage et accueillait un moteur essence Continental W-670 de 250 CV. L' armement était complété par cinq mitrailleuses Browning de 7.62 mm: une antiaérienne montée à l' arrière de la tourelle, une coaxiale montée à la droite du canon, une mitrailleuse de caisse montée sur le glacis et deux autres montées sur chaque surplomb de chenille. Le M3 fut standardisé en juillet 1940 et la production débuta en mars 1941.

large--1-.jpg

Le moteur essence Continental W-670 était en fait un moteur d' avion et en raison de la priorité donnée à la force aérienne, ce moteur n' était pas disponible en grand nombre pour le M3. Pour combler ce manque on utilisa le moteur diesel Guiberson mais surtout le Twin Cadillac V8 essence développant 220 CV. Ce dernier équipa un nouveau modèle le M3E2. Ce prototype fut testé sur près de 1000 km sans connaître le moindre ennui mécanique, fin 1941. Le Twin Cadillac prouva être supérieur au Continental, et le nouveau modèle fut approuvé pour la production. Le M3E2 fut standardisé en tant que Light Tank M5 et non M4 pour ne pas être confondu avec le Medium Tank M4 (Sherman). En raison de installation de ce double-moteur , le plateau arrière de la superstructure fut rehaussé ci qui donnait au M5 avec un avant de caisse en pente et une silhouette facilement reconnaissable.Le M3 fut standardisé pour la production en juillet 1940. Les premiers exemplaires firent leurs apparition en mars 1941.

Les premiers modèles à être équipés du moteur Diesel apparurent en juin 1941. Le M3A1 fit son apparition en mai 1942, le M3A3 en septembre 1942. Dès 1941 en raison de la loi prêt-bail, les M3 furent également livrés aux Britanniques. Les modèles M3, M3A1 et M3A3 furent tous fabriqués par American Car & Foundry Co. Le M3A2 devait être une version à coque soudée comme le M3A1 mais il ne fut jamais produit.

large--2-.jpg

Le M3 avait un équipage composé de 4 hommes dont deux prenaient place dans la partie avant de la caisse: le pilote assis dans le coin avant-gauche et le son assistant assis dans le coin avant-droite. Les deux hommes étaient assis derrière le dispositif de commande finale et entre la transmission Syncromesh à 6 rapports (5-1). La direction était à différentiel contrôlé et s' effectuait en via les leviers de direction en freinant sur l' une des deux chenilles. L' avant de la caisse était composée de trois parties: la plaque frontale de la superstructure, légèrement inclinée, qui était dotées de deux trappes montées sur charnières avec sabord de vision - le glacis plongeant, doté d' une mitrailleuse de 7.62 mm montée sur rotule et de plaques boulonnées pour l' entretien des composants de transmission - la plaque frontale du bas de caisse (nez), dotée de deux saillies en raison des deux freins tambours et de deux boucles de remorquage. Sur le M3 ces différentes parties étaient boulonnées mais sur le M3A1 elles étaient soudées. Sur le M3A3 la partie frontale supérieure du char fut simplifiée. La plaque frontale de la superstructure et le glacis ne faisait plus qu' une seule et même plaque. Cette plaque était plongeante et était toujours armée de la mitrailleuse de 7.62 mm montée sur rotule. Elle accueillait en outre les différents éléments d' éclairage qui était avant montés sur les garde-boue. Le glacis ne comportait aucune ouverture a part un fenêtre de route pour le pilote. Les trappes d' accèsétaient maintenant situées sur le toit de la superstructure. Elles étaient montées sur charnières et étaient dotées chacune d' un épiscope rotatif. Le bas de caisse était conservé tel quel. La superstructure du M3 occupait toute la largeur du char. L' espace au-dessus des chenilles était occupée par deux mitrailleuses de 7.62 mm montées sur rotule. Sur le modèle M3A1, ces mitrailleuses furent supprimées et l' espace fut sans doute utilisé pour ranger des munitions supplémentaires. Sur le M3A3, le design des côtés étaient totalement différent, en effet les parois latérales n' étaient plus verticales mais inclinées. Comme le M3A1, le M3A3 ne disposait pas de mitrailleuses latérales. Notons que sur le M3, les côtés étaient boulonnées et soudés sur le M3A1 et le M3A3.

large--3-.jpg

La suspension du M3 était de type verticale avec ressorts verticaux hélicoïdaux (Vertical Volute Spring Suspension - VVSS). Elle était composée de chaque côté de deux boggies dotés chacun de deux ressorts à spirales et de deux galets de roulement à bandages en acier. Elle était complétée par trois rouleaux porteurs ainsi qu' un barbotin avant à 14 dents et une large poulie de tension arrière ajustable en contact avec le sol. 

Cette suspension ne subira quasi aucune modification durant toute la production du M3 (et du M5) sauf au niveau des galets. Chaque train de roulement était protégé du moins pour la partie supérieure par une jupe blindé dont la forme varie selon les modèles.

Le M3A3 fut quant à lui équipé de 4 types de chenilles différentes:

T16E1 type: guides externes, double goupille, caoutchouc renforcé, caoutchouc réversible

Largeur: 295 mm - Pas (espacement): 140 mm - Patins: 2 x 66 - Contact au sol: 2.97 m

T16E2 type: guides externes, double goupille, caoutchouc renforcé, caoutchouc non-réversible

Largeur: 295 mm - Pas (espacement): 140 mm - Patins: 2 x 66 - Contact au sol: 2.97 m

T36E6 type: guides externes, double goupille, caoutchouc renforcé, acier, grousers

Largeur: 295 mm - Pas (espacement): 140 mm - Patins: 2 x 66 - Contact au sol: 2.97 m

T55E1 type: guides externes, double goupille, caoutchouc renforcé, chevron

Largeur: 295 mm - Pas (espacement): 140 mm - Patins: 2 x 66 - Contact au sol: 2.97 m

large--4-.jpg

Le blindage du M3 était composé de plaques d' acier homogène laminé qui étaient assemblées par boulonnage. Dans un soucis de doter le char d' une grande vélocité, le blindage n' était guère épais, la vitesse étant l' atout principal du char. Sur le M3A1 et M3A3 le blindage était assemblé par soudure. La tourelle était également assemblée par soudure sauf le modèle D37812 assemblé par boulonnage.

large.jpg

Le Stuart équipe toutes les unités blindées britanniques., quel que soit le type de char principal. Le recce squadron des regiments blindés en recoit 11 exemplaires, tandis que le recce regiment de chaque division blindée en perçoit 30. Obsolete en tant que char de combat en 1944, suivant une pratique adoptée par les britanniques dans le desert, puis les canadiens en Italie, la tourelle est déposée. le Stuart est egalemet depassé en maniabilite et rapidité, par rapport aux automitrailleuse de qualité dont dispose déjà  l'armée britannique. le canon de 37mm, devenu inefficace en normandie, des juillet les tourelles sont retirées des Stuart. il gagne en poids, en rapidité, puis surtout une silhouette basse, idéale dans son role de reconnaissance. Un kit de conversion plus ou moins standardisé en installé autour de l'anneau de tourelle, et plusieurs mitailleuses assurent la defense rapprochée de  ce blindé.

 

 

Repost 0
Published by unionjacktrooper - dans fiche technique
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 00:01

Le canon Ordnance QF 17 pounder (ou 17-pdr) est un canon anti-char britannique de calibre 76,2 mm en usage au cours de la Seconde Guerre mondiale. C'était le meilleur canon anti-char des alliés : équipé d'obus perforants, il pouvait détruire le blindage de presque tous les chars allemands. D'abord utilisé en Afrique du Nord comme canon antichar de 17 sur un affût de canon de 25 de campagne, il fut utilisé sur son propre affût dès la campagne de Sicile et équipa de nombreux chars de combats. Les Britanniques l'utilisèrent aussi pour réarmer des véhicules étrangers, par exemple les chasseurs de chars Sherman Firefly, qui mirent leurs unités de tanks au niveau de celles des Allemands.

large-copie-1.jpg

Avant même son entrée en service, les Britanniques avaient prévu que leur nouveau canon Ordnance QF 6 pounder serait rapidement obsolète étant donné les progrès du blindage des chars allemands. Fin 1940, ils lancèrent un programme pour son remplacement, programme presque terminé en 1941. La production de prototypes commença au printemps 1942 et, avec l'apparition du char Tigre sur le théâtre de la guerre du désert, 100 d'entre eux furent envoyés en Afrique du nord pour contrer cette nouvelle menace. Ils furent expédiés avant qu'un affût spécifique n'ait été développé ; ils durent être montés sur des affûts d'obusiers Ordnance QF 25 pounder. Ces premiers canons furent nommés 25/17-pounders et reçurent le nom de code Pheasant (faisans). Ils connurent leur baptême du feu en février 1943.

La production du 17-pdr complet commença en 1943 ; ils furent pour la première fois utilisés durant la campagne d'Italie. Vers septembre 1944, les Britanniques commencèrent à utiliser des obus perforants APDS (Armour-piercing discarding sabot) avec le 17-pdr : avec une vitesse initiale de 1 200 m/s, ils augmentaient considérablement sa puissance anti-blindage qui passait à 140 mm à 910 m de distance1. L'inconvénient de cette munition par rapport à l'obus perforant traditionnel était sa moindre précision et les dégâts moins importants qu'elle causait si elle pénétrait le blindage. Ces obus APDS restèrent donc rares, ne représentant qu'environ 6 % des munitions des chars britannique équipés du 17-pdr.

Un obus à fort pouvoir explosif fut aussi développé pour le 17-pdr. Il manqua d'abord de puissance à cause de celle de sa charge propulsive qui nécessitait un obus plus épais contenant donc moins d'explosif. La réduction de la charge propulsive permit de remédier à ce défaut.

telechargement--1--copie-1.jpg

Le 17-pdr était nettement plus encombrant et lourd que son prédécesseur (3 tonnes contre 1,14). Il ne pouvait donc être déplacé par son seul équipage et devait être remorqué (par exemple par un tracteur d'artillerie Morris C8 ou Crusader II) ; il ne fut distribué qu'aux unités d'artillerie anti-char et non à l'infanterie. Un autre inconvénient était son très grand « flash » au moment du tir dû à la grande quantité de charge propulsive.

telechargement--2--copie-1.jpg

Il fut rapidement monté sur différents châssis de char où il se montra meilleur que tout ce qu'avaient les Anglo-Saxons à cette époque. Les premières tentatives sur châssis britannique furent des échecs mais les Britanniques l'utilisèrent rapidement pour convertir les M4 Sherman fournis par les Américains en Sherman Firefly qui furent mis en service juste à temps pour le débarquement de Normandie. Pour rentrer dans la tourelle du Sherman, le 17-pdr dut être tourné de 90 degrés sur le côté et la tourelle prolongée vers l'arrière pour permettre le recul. Les Britanniques convertirent aussi certains de leurs chasseurs de chars américains M10 Wolverine en remplaçant le canon de 3 pouces (76 mm) d'origine ; le résultat fut appelé Achilles ou simplement 17 pdr M10.

telechargement-copie-1.jpg

Le 17-pdr fut aussi adapté sur le char expérimental australien Sentinel (qui ne servit jamais sur le champ de bataille). Quant à l'armée américaine, elle n'adopta pas le 17-pounder bien que certains lui aient été proposés avec des Shermans Firefly pour être testés2.

Le canon 17-pdr servit durant la guerre de Corée, non seulement contre des chars, mais aussi contre des positions blindées.

Repost 0
Published by unionjacktrooper - dans fiche technique
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 23:51
Repost 0
Published by unionjacktrooper - dans fiche technique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de unionjacktrooper
  • Le blog de unionjacktrooper
  • : maquettisme, consacre au modelisme, principalement l'armée anglaise pendant la 2eme guerre mondiale
  • Contact

  • unionjacktrooper
  • 49ans, passionné d'histoire et de maquettes
  • 49ans, passionné d'histoire et de maquettes

Archives

Liste D'articles